CHVSBF Index du Forum

CHVSBF
Forum des sciences et toutes cultures

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 chvsbf 
on a tout fait d'amour fou on descend encore dans la rue d'amour fou et cet amour fou serait-il à vendre non,on ne veut pas qu'on le vende et en ne veut pas l'acheter puisqu'il est déjà en nous alors,on vend quoi on veut que cet amour fou continue d'apparetenir à nous meme à ceux qui ne savent pas qu'il les hante un amour fou ne se remplace pas,ne s'efface pas un amour fou ne meurt jamais un autre amour fou lui succède,c'est tout et nous sommes faits de tous ces amours fous de leurs strates,de leur coexistance on aura beau creuser en nous on ne trouvera jamais que l'amour fou
résistances variables

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    CHVSBF Index du Forum -> cours -> electronique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hamza414


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2010
Messages: 11
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim 6 Juin - 18:59 (2010)    Sujet du message: résistances variables Répondre en citant

Lorsqu'il est nécessaire de faire varier la valeur de la résistance, on utilise un système à curseur qui frotte sur celle-ci, faisant intervenir ainsi dans le circuit une portion variable de la résistance totale ; on réalise de la sorte un potentiomètre. Dans sa forme miniature ces résistances se présentent sous la forme d'un petit boîtier muni de trois pattes à souder sur le circuit imprimé ; il existe une grande variété de modèles à piste de carbone ou cermet , capotés ou non verticaux ou horizontaux. Dans tout les cas la patte centrale est connecté au curseur comme le montre le symbole
.
ou

Ont dit aussi résistance ajustable lorsqu' il s agit de potentiomètre miniature pour être soudés directement sur un circuit, il en existe à 1 tours ou multi tours ( 15 , 25 ) . Le réglage s'effectue soit horizontalement ou verticalement .Les valeurs courantes vont de 47 ohm à 10 Mohm selon l' échelonnement de la série E3 ( 10 - 22 - 47 ).


On peut schématiser un potentiomètre (ou une résistance variable) par deux résistor en série et en point milieu le curseur.
 

L'unité du résistor est le Ohm (Ω).
quelque exemple:
1 ohm ; 10 ohms ; 100 Ohms
1000 ohms = 1 Kohms = 1K (1 kilo ohms )
1000000 ohms = 1000 Kohms = 1 Mohms = 1M ( 1 mégohm )


La puissance instante est la puissance qui traverse le résistor à un temps t
P=U*I <=> P=R*I² <=> P=U²/R
P est la puissance instantanée en watt, U la tension appliquée au résistor en volt, I le courant qui le traverse en ampère et R la résistance exprimée en ohms.




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Juin - 18:59 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
hamza414


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2010
Messages: 11
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim 6 Juin - 19:02 (2010)    Sujet du message: résistances variables Répondre en citant



Revenir en haut
hamza414


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2010
Messages: 11
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim 6 Juin - 19:10 (2010)    Sujet du message: résistances variables Répondre en citant

Les résistances variables sont constituées par un élément résistif sur lequel se déplace un contact appelé curseur qui est commandé par l'utilisateur ; ainsi, la valeur ohmique de l'élément varie suivant la position du curseur.
Quand les extrémités de l'élément résistif et le curseur sont raccordés à trois bornes externes distinctes, on a un potentiomètre ; si par contre le curseur est relié à l'un des contacts latéraux et ne présente que deux bornes externes, on a un rhéostat ou une résistance variable.
POTENTIOMÈTRES:

La technique de fabrication des potentiomètres est très variable mais selon le type d'éléments résistifs, il est possible de faire les distinctions suivantes :
  • Potentiomètre à élément résistif chimique ou potentiomètre au graphite.
  • Potentiomètre bobiné.
Sur la figure est illustrée la structure de base d'un potentiomètre au graphite dans lequel l'élément résistif est constitué d'une couche de graphite déposée sur une bande circulaire en bakélite.


La figure  représente un potentiomètre bobiné dans lequel la résistance est constituée d'un fil résistif enroulé sur un support approprié.
Sur l'élément résistif glisse un contact mobile (curseur) sur lequel est fixé mécaniquement un axe de commande isolé du curseur.
En tournant cet axe, on fait varier la valeur ohmique entre la borne reliée au curseur et chacune des bornes latérales fixées aux extrémités de la résistance




Une rotation en sens horaire de l'axe entraîne une augmentation de la résistance (Ra) entre le curseur (C) et l'extrémité A, tandis que la résistance Rb entre le curseur et l'extrémité B diminue. Une rotation en sens inverse entraîne des effets contraires (Rb augmente, Ra diminue).
Ayant une structure et un aspect extérieur différents, le potentiomètre illustré dans la figure 18, appelé «SLIDER» ou «potentiomètre rectiligne», est caractérisé par une configuration droite de l'élément résistif. Le curseur se déplace en translation, commandé par un levier externe ; il est constitué par un ressort en forme de «U» qui glisse en contact électrique sur l'élément résistif et sur une lamelle conductrice parallèle et isolée de celui-ci. Cette lamelle est reliée à la borne centrale extérieure qui est en fait le curseur.


Les potentiomètres sont caractérisés par leur valeur ohmique, l'allure de la variation de cette résistivité, la tolérance et la puissance pouvant être dissipée.
La valeur ohmique indique la résistivité totale (Ra + Rb) entre les bornes extrêmes (A et B sur la figure 17-a).
L'allure de la variation ohmique est déterminée en fonction de la position du curseur et de la valeur ohmique présente entre ce dernier et l'une des bornes de l'élément résistif ; elle peut être linéaire, logarithmique ou pseudo-logarithmique (figure 19 et 20).
La tolérance et la puissance dissipée ont la même signification que pour les résistances fixes.




Les valeurs nominales peuvent être exprimées en  W (ohm), en kW (kiloohm) ou en MW (mégohm). Certains fabricants indiquent toutes les valeurs en MW, même les faibles valeurs, sans précéder la virgule de zéro.


Exemple : .01 MW signifie 0,01 MW = 10 kW
Souvent à la place de la virgule, les lettres R, K et M sont utilisées et remplacent les coefficients multiplicateurs qui valent respectivement 1, 1 000, 1 000 000 (voir chapitre sur l'identification des résistances fixes).
La valeur nominale du potentiomètre est clairement indiquée sur le capot en même temps qu'un code qui en désigne le type de variation.
Comme tous les fabricants ne suivent pas les mêmes normes, les codes adoptés sont différents.
  • Les potentiomètres linéaires peuvent être marqués avec le sigle «A», «C1», «LIN» ou «L».
  • Les potentiomètres logarithmiques peuvent avoir le sigle «B», «C», «C2», «LOG» ou «E», «BR».

3. 2. 1. -
POTENTIOMÈTRES AU GRAPHITE

Ils sont disponibles sous différentes valeurs ohmiques normalisées.
Pour ceux qui ont une progression linéaire, les valeurs ohmiques sont comprises généralement de 100 W à 10 MW alors que ceux qui ont une progression logarithmique ont des valeurs entre 2 000 W et 1 MW.
Le tableau de la figure 21-a donne les valeurs ohmiques normalisées des potentiomètres en les partageant en deux catégories : sur la première ligne sont regroupées les valeurs d'usage plus courant. Certains fabricants fournissent toutefois, pour d'importantes commandes des valeurs de la série indiquées dans le tableau de la figure 21-b.
 

Les potentiomètres «rotatifs» à graphite peuvent être simples (figure 22-a) ou mécaniquement couplés "doubles" (figure 22-b) ; ces deux types sont quelquefois munis d'un interrupteur unipolaire ou bipolaire.
 

Les potentiomètres doubles peuvent avoir une commande unique qui positionne les deux curseurs en même temps, ou des commandes séparées agissant chacune sur le curseur des deux résistances. Sur la figure 22-c, un potentiomètre simple est équipé d'un interrupteur bipolaire qui est actionné en tirant ou en poussant l'axe de commande. Le potentiomètre double, illustré dans la figure 22-d est pourvu de deux commandes séparées coaxiales pour le réglage indépendant des deux résistances et d'un interrupteur unipolaire qui se ferme avant qu'une des commandes coaxiales n'arrive en fin de course (d'un seul côté).
Les axes des potentiomètres simples ou doubles à commande unique peuvent être de différentes longueurs ; il n'existe pas de normes universelles adoptées : ils sont parfois en matière plastique, facilement adaptables à la longueur voulue, et parfois avec une tige métallique différemment usinée pour la fixation du bouton de commande (figure 23-a).
Sur la figure 23-b, on peut observer quelques types d'axes coaxiaux pour potentiomètres doubles à commande séparée.

Ces potentiomètres sont fixés mécaniquement sur le châssis de l'appareil avec une rondelle éventail, un écrou et un contre-écrou (figure 24).
 

Les circuits imprimés qui équipent aujourd'hui tous les appareils électroniques, ont conduit les fabricants à réaliser différents types de potentiomètres avec des bornes adaptées aux nouvelles exigences tout en conservant leurs caractéristiques.
Sur la figure 25 sont donnés deux types de potentiomètres dont l'un avec des bornes parallèles à l'axe de rotation et l'autre avec des bornes perpendiculaires à ce même axe, placées ainsi pour être soudées sur le circuit imprimé.

Il existe de nombreux potentiomètres miniaturisés, dont quelques exemplaires sont visibles dans la figure 26. Étant donné leurs dimensions réduites, ces composants sont assez fragiles et dans la majeure partie des cas, ils sont utilisés comme des dispositifs ajustables.

Ces potentiomètres ajustables appelés également «trimmers» sont souvent démunis d'axe de commande et ont à la place une fente ou une vis centrale qui permet le réglage avec un tournevis.
Les trimmers de précision disposent d'une vis de réglage micrométrique positionnant le curseur dans un rapport de 1 / 1 à 30 / 1 (figure 27). Ils sont utilisés surtout pour des applications de type professionnel ; l'élément résistif est constitué soit par un fil enroulé sur un support isolant, soit par une couche de graphite.

Les potentiomètres ajustables au graphite peuvent dissiper une puissance comprise entre 0,1 W et 1 W environ ; ceux qui ont une puissance supérieure sont réalisés avec du fil métallique résistif.
3. 2. 2. - POTENTIOMÈTRES BOBINÉS
Le choix dans le domaine des potentiomètres avec élément résistif à couche de graphite est très vaste ainsi que dans celui des potentiomètres bobinés où l'élément résistif est constitué d'un fil enroulé sur un support déterminé sur lequel se déplace un curseur.
Selon la section, la quantité de fil et le type d'enroulement, on obtient des potentiomètres avec des caractéristiques différentes.
Avec des potentiomètres à couche de graphite, on ne peut pas réaliser de très faibles valeurs ohmiques comme avec les potentiomètres bobinés dont la plage résistive s'étend de l'ohm à 200 kW (rarement au-delà).
La dissipation de puissance n'excède pas 2 W pour les potentiomètres à couche de graphite alors qu'elle atteint couramment entre 2 W et 5 W pour les potentiomètres bobinés.
Pour des usages spéciaux, on trouve des potentiomètres bobinés, appelés cette fois rhéostats, qui dissipent de 50 à 100 Watts.
Comme ceux en graphite, les potentiomètres bobinés peuvent être simples ou doubles, à commande unique ou séparée, avec ou sans interrupteur ; leur aspect extérieur ressemble à celui des potentiomètres au graphite mis à part leurs dimensions qui sont proportionnelles à la puissance pouvant être dissipée.
La figure 28 illustre quelques exemplaires d'encombrement moyen et couramment utilisés dans l'industrie électronique ; l'élément résistif et les organes mécaniques sont contenus dans un boîtier de résine phénolique avec un fond métallique de fermeture.

Nous venons de voir les résistances fixes et variables qui sont les composants les plus utilisés et les plus simples à examiner en électronique.
Dans la prochaine leçon, nous regarderons attentivement un autre composant aussi utile que la résistance et souvent associé avec cette dernière dans les montages électroniques : le condensateur.


Revenir en haut
hamza414


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2010
Messages: 11
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim 6 Juin - 19:32 (2010)    Sujet du message: résistances variables Répondre en citant

Une résistance variable est un dipôle dont la résistance varie en fonction de facteurs extérieurs: température , éclairement par exemple. 

Thermistors (CTN) 

Un thermistor (ou thermistance) est un dipôle dont la résistance varie en fonction de la température. 
CTN signifie:"Coefficient de Température Négatif" 
De tels thermistors ont une résistance qui diminue lorsque la température augmente 
On les utilise dans des applications de mesure de température ou de compensation de température dans les circuits.  
Il existe des thermistors à coefficient de température positifs (CTP) 
 



 

Photorésistors (LDR) 

Comme l'indique le préfise "photo", les photorésistors ont une résistance qui varie en fonction de l'éclairement. 
Dans l'obscurité la résistance est très élevée(dizaines ou centaines de mégohms). Elle diminue lorsque le photorésistor est éclairé jusqu'à atteindre des valeurs de quelques dizaines d'ohms seulement (suivant le modèle). 
Aujourd'hui, dans la plupart des applications, on préfère utiliser comme détecteur de lumière des photodiodes ou des phototransistors. 
Une photodiode se comporte dans l'obscurité comme une diode normale  (pas de courant inverse), mais lorsqu'elle est éclairée, elle laisse passer un courant inverse d'autant plus fort que l'éclairement est plus grand. 
 




Varistors (VDR) 

 
Les varistors (ou varistances) sont des dipôles résistifs symétriques dont la caractéristique U = f (I) n'est pas linéaire. La résistance diminue lorsque la tension augmente, d'où l'utilisation de varistors pour éviter ou limiter les surtensions.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:38 (2016)    Sujet du message: résistances variables

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    CHVSBF Index du Forum -> cours -> electronique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com